• JĂ©rĂŽme Mange

[Conseil Municipal #12] - Nos principales prises de position


👉 DĂ©bat d'orientations budgĂ©taires


Notre intervention :


" âžĄïž Sur la partie fonctionnement, nous notons que les charges de personnel progresseraient encore et reprĂ©senteraient 65,4 % des dĂ©penses courantes, bien au-dessus de la moyenne nationale pour les villes de notre strate.


Certes, nous entendons bien que vous avez de nouveaux projets de services, que notre commune dispose d’un centre aĂ©rĂ© municipal et d’écoles artistiques municipales mais le constat est lĂ  : sur 10 € de dĂ©penses courantes, 6,54 € servent Ă  payer le personnel communal.


Vous prĂ©voyez malgrĂ© tout le recrutement de 5 postes supplĂ©mentaires en 2022 pour atteindre 214 ETP soit le mĂȘme niveau qu’en 2017.


Nous continuons Ă  dire que les effectifs municipaux peuvent et doivent se stabiliser en dessous de 210 ETP sans que cela n’obĂšre la qualitĂ© du service public, pour prĂ©server nos finances et nous laisser des marges de manƓuvre pour les autres postes et actions Ă  dĂ©velopper en dehors du poste « Personnel ».


Cela passe par une politique de Gestion Prévisionnelle des Emplois et des Compétences et de Qualité de Vie au Travail dont nous ne percevons toujours pas les contours.


Nous sommes enfin inquiets sur l’impact sur le budget communal de la facture Ă©nergĂ©tique qui devrait exploser au regard de la hausse des tarifs actuels (et malheureusement Ă  venir), sans oublier celles relatives aux matiĂšres premiĂšres et Ă  l’essence.


Cela va inévitablement impacter les sections fonctionnement et investissement du budget de la collectivité.


âžĄïž En investissement, vous annoncez une programmation de 21 Millions d’€ pour le reste du mandat dont 5 Millions d’€ en 2022.


Sur les opĂ©rations envisagĂ©es en 2022, vous annoncez le lancement de la crĂ©ation d’un terrain synthĂ©tique d’un coĂ»t final de 500 000 € si l’on s’en tient Ă  ce qui a Ă©tĂ© indiquĂ© lors des OB2021. Nous redisons qu’il y a d’autres prioritĂ©s et que la mutualisation du terrain d’honneur de rugby entre le RC BAL et le FC Lescarien pourrait pallier les besoins du club de football local permettant ainsi Ă  la collectivitĂ© d’économiser un demi-million d’€.


Sur la transition Ă©nergĂ©tique, vous annoncez je cite : « Des projets relatifs Ă  la transition Ă©nergĂ©tique tels l’éclairage public, la rĂ©novation thermique ou les systĂšmes de chauffage des bĂątiments devraient bĂ©nĂ©ficier de cofinancement ».


Mais nous constatons, comme l’annĂ©e derniĂšre, que rien n’est inscrit concrĂštement dans le document pour un programme ambitieux et volontariste d’économie d’énergie et de rĂ©novation des Ă©quipements publics municipaux sur les 5 Ă  10 ans afin de baisser les charges Ă  caractĂšres gĂ©nĂ©ral. Pourtant, les Ă©conomies prĂ©sentes et Ă  venir sont bien lĂ .


Concernant le PPI 2022-2025, vous avez faits des choix, nous ne reviendrons pas sur nos dĂ©saccords comme celui relatif au niveau de l’enveloppe de 2,5 Millions d’€ envisagĂ©e pour la construction du centre socio-culturel ou sur le choix d’agrandir le Centre de Loisirs qui, lui aussi, ne nous semble pas la prioritĂ© du mandat.


âžĄïž Quel est notre avis global sur ces orientations qui structureront le 3Ăšme budget de votre mandat ?


L’augmentation « inattendue », « imprĂ©vue », des impĂŽts votĂ©e l’annĂ©e derniĂšre permet Ă  la majoritĂ© municipale de boucler son projet.


Nous notons que la commune n’a pas besoin d’inscrire d’emprunt budgĂ©taire pour financer les dĂ©penses d’investissement sur l’exercice 2022 et que la dette est maĂźtrisĂ©e.


NĂ©anmoins, vous indiquez dans le document je cite que « l’emprunt sera principalement mobilisĂ© pour la rĂ©alisation des projets neufs. De ce fait, leur financement reposera aussi sur la contribution des usagers de demain, Ă©vitant ainsi de surmobiliser la contribution fiscale des habitants d’aujourd’hui. »


Nous pensons qu’il y a un fort point de vigilance en la matiùre.


S’endetter oui, mais raisonnablement, et surtout pour quelles prioritĂ©s ? VoilĂ  le vrai sujet qui nous divise.


Alors afin d’éviter un endettement Ă  venir trop important qui pĂšserait sur les Lescariens de demain et une surmobilisation des impĂŽts qui impacterait le « reste Ă  vivre » des Lescariens d’aujourd’hui qui est grignotĂ© chaque jour, nous voyons 4 prioritĂ©s :


- 1 : rĂ©duire le projet municipal de 3,5 Millions d’€ sur la partie « Projets neufs » afin de positionner le curseur sur la rĂ©novation des bĂątiments municipaux et la transition Ă©cologique.

Cela permettrait de gĂ©nĂ©rer des Ă©conomies pour la ville et protĂ©ger l’environnement.

Par exemple, la mise en place de panneaux photovoltaĂŻques sur notre patrimoine - bĂątiments et terrains - nous positionnerait en producteur d’électricitĂ©, nous permettant ainsi d’obtenir un revenu additionnel.

Cette redirection de crĂ©dits nous donnerait Ă©galement la possibilitĂ© de mettre en Ɠuvre un plan plus ambitieux de modernisation de l’éclairage public qui permettrait Ă  trĂšs court terme d’importantes Ă©conomies pour la commune et une diminution du CO2 pour la planĂšte.


- 2 : se faire accompagner par un Assistant Ă  MaĂźtrise d’Ouvrage pour rĂ©aliser les achats d’électricitĂ© ou de gaz naturel de la collectivitĂ© permettant ainsi de garantir la meilleure performance technique et Ă©conomique du marchĂ©.


- 3 : rationaliser les Ressources Humaines de la collectivitĂ©, en concertation avec les employĂ©s municipaux, en adaptant et en modernisant le service public. J’ai Ă©voquĂ© le sujet plus haut dans mon propos.


- 4 : inverser la courbe de la population. Avec 9 665 habitants, nous avons perdu 365 habitants entre 2011 et 2019 d’aprùs les chiffres de l’INSEE au 1er janvier 2022.

Ce sont des recettes fiscales en moins dans le budget municipal.

Il faut inverser cette courbe mais pas n’importe comment. En trouvant le juste Ă©quilibre entre une augmentation raisonnable de la population, la protection du cadre de vie de notre commune Ă  travers un habitat de qualitĂ© et la prĂ©servation de l’environnement Ă  travers la limitation de l’artificialisation des sols.

Il en va de notre attractivitĂ©, du maintien de l’image de ville Ă  la campagne de Lescar, et de la lutte contre le rĂ©chauffement climatique.


âžĄïž Les Ă©conomies rĂ©alisĂ©es d’un cĂŽtĂ© et l’augmentation des produits de l’autre permettraient ainsi d’agir avec force sur le quotidien des Lescariens pour lutter contre les crises sociĂ©tale, Ă©conomique et climatique que nous traversons collectivement.


Faire toujours mieux plutÎt que toujours plus, voilà la direction qui nous semblerait prudent de prendre et que nous ne ressentons pas dans vos orientations budgétaires."


👉 Rapport n°5 : RĂ©sidence Clos du Tilleul - participation financiĂšre au profit de l'Office 64 de l'Habitat


Dans la prĂ©sentation de cette dĂ©libĂ©ration, Mme la Maire s’est fĂ©licitĂ©e du programme immobilier qui a dĂ©butĂ© (qualitĂ© architecturale, plantations paysagĂšres
) et qui permettra d’augmenter le nombre de Lescariens.


Voici notre réponse.


" Nous ne sommes pas de votre avis. Nous voterons contre cette délibération. Non pas à cause du projet de logements locatifs sociaux mais du programme immobilier pris dans sa globalité.


Je parlais tout Ă  l’heure de juste Ă©quilibre Ă  trouver entre une augmentation raisonnable de la population, la protection du cadre de vie de notre commune Ă  travers un habitat de qualitĂ© et la prĂ©servation de l’environnement Ă  travers la limitation de l’artificialisation des sols.


Typiquement, et dans le cas prĂ©sent, c’est le genre de projet immobilier qu’il ne faut pas sur notre commune !


Il y a d’abord la situation du foncier d’une superficie d’1,4 hectares sur lequel seront construits 40 logements rĂ©partis en bĂątiment pour les logements sociaux, en ilots de maisons jumelĂ©es, et en terrains Ă  construire.


Le foncier est enclavĂ© entre le Chemin Lasbourdettes et le chemin de la TeulĂšre, en bordure du ruisseau "Le Lescourre" et dont l'accĂšs se fait par le lotissement Debussy, par les petites rues LĂ©o Delibes et FrĂ©dĂ©ric Chopin pour dĂ©boucher sur l’avenue de Tarbes.


Bien que toutes les autorisations administratives aient Ă©tĂ© donnĂ©es, il n’en demeure pas moins que 45% de la parcelle se trouve en zone Natura 2000, qui est une zone dĂ©signĂ©e au titre de la Directive Habitats europĂ©enne de 1992 visant Ă  l’origine Ă  assurer le bon Ă©tat de conservation de certaines espĂšces (animales et vĂ©gĂ©tales), considĂ©rĂ©es comme menacĂ©es, vulnĂ©rables ou rares. On se demande bien Ă  quoi servent ces rĂšgles !


Il n’en demeure pas moins que l'artificialisation de cette surface occasionnera ensuite la perte de fonction de rĂ©gulation des eaux de pluie et la perte des fonctions d'Ă©puration-filtration.


Il n’en demeure pas moins que les 80 Ă  100 habitants de ce nouveau quartier devront emprunter chaque jour les voies du lotissement De Bussy sur environ 500 mĂštres, avec pas moins de 4 carrefours oĂč il faudra tourner en angle droit. Ce trafic dĂ©bouchera sur l’avenue de Tarbes (qui est dĂ©jĂ  engorgĂ©e par la migration pendulaire journaliĂšre), par un petit carrefour, prĂ©cisĂ©ment en face des rĂ©sidences Cap Sud & Capucine. Il y a un risque accidentogĂšne Ă©vident.


Il y a enfin le fait que les riverains ont dĂ©couvert le projet une fois que le panneau annonçant les travaux a Ă©tĂ© dĂ©posĂ© sur le terrain ce qui est une source de frustration supplĂ©mentaire. Se sentir au pied du mur et ne pas pouvoir donner son avis n’est jamais plaisant pour les citoyens.


Au-delĂ  de tous ces Ă©lĂ©ments, il y a la rĂ©putation qui poursuit le promoteur Ă  la tĂȘte de ce programme immobilier.


Dans un article de presse du 18 aoĂ»t 2018, des propriĂ©taires de maisons d’un lotissement de MazĂšres-Lezons, dĂ©nonçaient des malfaçons et l’attitude du promoteur immobilier en question. Je cite l’un des tĂ©moignages :


« On nous a vendu du rĂȘve, l’accĂšs Ă  la propriĂ©tĂ©, un lotissement idĂ©al pour les familles. Un an aprĂšs, on a le sentiment d’avoir Ă©tĂ© flouĂ©s. Cela fait mal au cƓur parce qu’on sent qu’on n’a pas fait un bon achat alors qu’on Ă©tait persuadĂ© d’acheter une maison pour une vie »


On aurait pu croire Ă  une situation exceptionnelle.


Mais dans un article du 24 fĂ©vrier 2021, des propriĂ©taires de maisons individuelles d’un lotissement de Pau dĂ©nonçaient Ă  leur tour des retards de chantier et des malfaçons avec le mĂȘme promoteur.


Une seule couche de peinture sur les murs, un escalier fissurĂ©, des vis de placo visibles au plafond, des poignĂ©es de portes qui ne fonctionnent que dans un sens, et le tout jusqu’à 17 mois de retard sur la livraison des travaux, le rĂ©veil a Ă©tĂ© violent pour les acquĂ©reurs !


Mme la Maire, notre but est le vĂŽtre : nous voulons faire preuve de solidaritĂ© en accueillant la jeunesse et les familles, leur faciliter l’accĂšs au logement, Ă  l’emploi, aux loisirs. Nous voulons faire preuve de solidaritĂ© en facilitant la construction de logements pour les sĂ©niors ou l’habitat inclusif et partagĂ©. Mais Ă  condition que l’essentiel soit prĂ©servĂ© : la joie des gens d’habiter ensemble un lieu qu’ils aiment, respectant l’environnement, intĂ©grĂ© dans le cadre de vie de Lescar, d’y trouver paix et harmonie, et d’y faire racine. Cela passe par des habitats qualitatifs.


J’en termine par les questions suivantes : Quelles garanties pouvez-vous donner au Conseil municipal et aux Lescariens quant Ă  la qualitĂ© des programmes qui sortiront de terre dans le futur ? Vous engagez vous Ă  concerter les riverains directement concernĂ©s par tous les futurs projets Ă  travers des rĂ©unions publiques, par exemple ? "


Nous avons voté contre la délibération.


L’autre « opposition » et la majoritĂ© ont votĂ© « pour ».


Fin du Conseil Municipal Ă  23h00.

35 vues0 commentaire