• Jérôme Mange

[Conseil Municipal #7] -Débat d'Orientations Budgétaires


Notre intervention :


"En introduction de mon propos, je voudrais faire une annonce au Conseil Municipal

Je voudrais annoncer que notre compte de campagne a été validé par la commission nationale des comptes de campagne et des financements publics en date du 1er février 2021.

Notre compte a été validé malgré des accusations grossières, mensongères et diffamatoires portées à sa connaissance, déclarées sans fondement par les autorités, et qui ne méritent aucune publicité ici.

Nous ne reviendrons donc pas sur les bassesses de certains...

Cette décision prouve définitivement la rigueur et l’honnêteté de notre action.


Cela étant dit, j’en viens maintenant au Débat d’Orientation Budgétaire.

Ce débat auquel on se prête aujourd’hui est un moment majeur : c’est celui qui permet de fixer les principes sur lesquels on s’appuie pour élaborer le budget et fixer le plan pluriannuel d’investissement du mandat.

L’objectif est de mettre en avant les enjeux, les choix, les axes qui seront privilégiés en 2021 et dans les prochaines années et de soumettre cela au débat.

Je ne vais pas renouveler l’exercice de l’année dernière qui consistait, en quelque sorte, à comparer les données financières des années 2008 et 2020. Cet exercice, il nous semblait important de le faire en début de mandat pour poser les choses. Nous l’avons fait.


Je vais tout d’abord commencer en distribuant « les bons points » et en remerciant le service des Finances de la commune et le Directeur Général pour le travail réalisé.


Mme la Maire, c’est en réalité votre premier budget et c’est quand même un moment important pour nous présenter les mesures et comment vous déclinez de manière concrète les propositions et les discours que nous avons entendu depuis plusieurs mois et notamment pendant la campagne des municipales.

Ces engagements doivent permettre à notre ville de se développer, de se moderniser, de s’adapter à la crise systémique que nous traversons tout en conservant une politique de solidarité pour celles et ceux qui souffrent, encore plus avec le contexte actuel.

Je rappellerais simplement les données de l’INSEE de début 2020 : 7% des foyers à Lescar vivent en de ça du seuil de pauvreté, cela représente près de 300 familles.

Je rappellerais aussi les données du chômage : il y avait 649 demandeurs d’emploi en décembre 2020 à Lescar dont 102 âgés de moins de 26 ans et 58 bénéficiaires du RSA.

J’en viens maintenant au contenu de vos orientations.

Notre groupe a analysé avec attention les éléments qui ont été fournis. Nous les avons étudiés dans le détail et c'est en ce sens que notre réponse est détaillée. Nous les avons comparés aux documents des années passées et nous en tirons plusieurs constats.


👉 Premier constat :

En fonctionnement, vous avez inscrit pour 2021 la somme de 13,2 millions d’€ de dépenses courantes.

En investissement, vous avez inscrit 7,6 millions d’€ de dépenses d’investissement.

Nous avons du mal à appréhender les axes forts pour votre politique municipale pour 2021, noyés dans ces chiffres globaux.

Quelles sont vos ambitions détaillées sur les solidarités, sur l’engagement auprès des associations qui vont encore jouer les variables d’ajustement puisque vous semblez vouloir geler l’enveloppe budgétaire dédiée à la vie associative en 2021 ?

A travers la Loi de transition énergétique pour la croissance verte du 17 août 2015, vous avez des obligations en termes de performance énergétique des bâtiments, comment cela se traduit-il sur les futures dépenses de fluide ?

Quelles sont les économies attendues sur les dépenses globales de fonctionnement ?

Par habitant, cela représentait la somme de 1192 € en 2019, au-dessus de la médiane des communes de la même taille qui est de 1110 €.

L’Argus de Contribuables associés est sorti ce matin : il donne à la ville la note de 7/20 et nous place à la première place des communes les plus dépensières du département en 2019 dans la catégorie des villes de 10 000 à 20 000 habitants.

Quelle est votre politique de recrutement ?

Vous annoncez une progression de 380 000 € de dépenses de personnel en 2021 avec le recrutement de 7 postes supplémentaires alors que la tendance, à la baisse depuis 2014, allait dans le bon sens.

Je rappelle que la population lescarienne diminue depuis 2011 passant de 10 030 habitants à 9 735 selon les derniers chiffres de l’INSEE. Il serait donc logique que le service public municipal s’adapte à cette évolution. On repasserait au-dessus des 211 ETP en 2021 alors que nos charges de personnel sont supérieures de 16% par rapport à la moyenne de la strate. Vous faites le choix de développer l’externalisation de certains services publics mais cela ne semble pas impacter pas le nombre d'ETP.

A quand la recherche d'efficience, d’efficacité, à quand l’adaptabilité du service public municipal, à quand une refondation des services publics municipaux en impliquant l’ensemble des agents communaux ?


👉 Deuxième constat :

Contrairement à Mr Lavigne qui n'a pas souhaité rentrer dans détail de vos projets d'investissement, nous pensons au contraire qu'il est important de le faire !


Le PPI que vous présentez, qui relève de votre projet municipal, nous semble surdimensionné et pas adapté aux besoins essentiels des Lescariens. Vous annoncez la somme de 18,1 M€ de dépenses "contraintes" et celle de 6,2 M€ de nouveaux projets pour un total de 24,3 M€. Vous aviez annoncé un projet budgété à 18 M€ pendant la campagne des municipales...

Nos observations concernent plus particulièrement les nouveaux projets.

- Bien que nous soyons favorables au projet de réhabilitation du site de La Charcuterie et de l’Estanquet, le coût du centre socio culturel nous semble démesuré !

Vous estimez le coût à 2,5 M€. A ce prix-là, et en se basant sur des projets réalisés dans d’autres communes, on peut construire un bâtiment neuf de 1500 m² comprenant une salle de représentation de 500 m² avec grande scène équipée, une tribune rétractable de 260 places, une salle multivalente de 300 m², 200 m² de bureaux ou d’espace d’activités, et 500 m² d’accueil, de loges, de toilettes, de locaux techniques et administratifs. Le tout avec performance thermique et démarche environnementale incluant une toiture végétalisée, une gestion des eaux pluviales et des panneaux photovoltaïques.

Ramener le coût du projet à 1 million d’euros nous semblerait plus raisonnable. C’est ce que nous proposions pendant la campagne des municipales.

- Concernant le choix de rénover et d’étendre le Centre de Loisirs Sans Hébergement, là aussi nous nous posons des questions sur le budget envisagé.

Cela mérite un point de situation : en 14 ans, la tanche des 0-14 ans a diminué de 20 % à Lescar. Les effectifs du CLSH ont chuté de 30% en 10 ans. Cela concerne actuellement moins de 400 enfants à l'année. D'après nos calculs, moins de 1 jeune lescarien sur 3 âgé de 3 à 12 ans va au CLSH.

Rénover le bâtiment dans l'enveloppe des bâtiments à réhabiliter, nous sommes d’accords.

Agrandir le site, c'est un investissement qui ne nous semble pas prioritaire !

- La rénovation de l’avenue Denis Touzanne pour 1 M€ nous semble sous-évalué si on compare avec le projet de la rue Carrérot. A moins que vous ayez prévu des travaux a minima...

-Sur le terrain synthétique, nous sommes là encore dubitatifs !

Il y a un manque d’espaces de jeu pour le club de football qui se développe, c’est un fait. Le terrain d’honneur de rugby est actuellement utilisé à 100% par le RCBAL dont les effectifs déclinent. Une mutualisation de ce terrain avec le FC Lescarien permettrait d'éviter la création d’un deuxième terrain synthétique. C’est une dépense superflue. Peut-être une promesse de campagne…

- Sur les études du quartier Lacaussade, cela relance la question de l'artificialisation des sols et surtout celle de la qualité des programme immobiliers à Lescar puisque 165 logements en R+2 sont imaginés dans l’OAP « Lacaussade » dans le PLUi si on intègre le terrain Masseillou. Dernièrement, un promoteur a fait la une dans la presse locale. Le titre de l’article était « Ils ont acheté des maisons neuves, ils déchantent à la réception des travaux… ». A titre d’information et vous le savez très bien, ce promoteur va lancer un programme immobilier de 40 logements dans les prochaines semaines dans notre commune et il lorgne déjà sur d’autres fonciers...

Qu’avez-vous prévu pour préserver la qualité des programmes immobiliers à Lescar ?

- Enfin, sur l’aménagement Cité, je dirais si je voulais faire de l’humour qu’on est plus à 240 k€ près ! Plus sérieusement, nous voudrions connaître le coût global du projet.

Vous envisagez d’aller chercher des subventions sur l’ensemble de ces projets. Ce n’est pas un objectif, c’est une obligation !

Avez-vous prévu une enveloppe d’assistance à maitrise d’ouvrage dans le budget de fonctionnement pour vous aider à mobiliser les aides disponibles ?


👉 Troisième constat :

L’époque charnière que nous vivons ne semble pas concerner Lescar !

Les orientations du budget 2021 et du PPI n’évoquent aucune priorité municipale liée à la crise climatique.

Rien n’est inscrit dans le document pour un programme ambitieux de rénovation des équipements publics municipaux sur les 5 à 10 ans afin de générer des économies sur le chauffage, sur l’eau et consommables et baisser les dépenses de fonctionnement.

Les orientations du budget 2021 et du PPI n’évoquent aucune priorité municipale liée à la crise économique et sociétale qui n’en est pourtant qu’au débit de ses effets. Vous n’évoquez le sujet qu’en terme de non- recettes pour la ville et de situation anxiogène.

Mais que comptez-vous faire pour accompagner nos concitoyens en impossibilité d’exercer leur emploi ?

Comment comptez-vous accompagner les jeunes lescariens affectés par la crise sanitaire dans leur scolarité ?

Cela vaut pour les 700 petits lescariens de nos écoles mais aussi pour les étudiants.

Il y en a 13 000 sur l’agglomération, certains sont Lescariens. Quelle est votre politique pour les aider ?


👉 Quatrième constat :

Vous évoquez la perte de 97 000 € de fiscalité en 2021. Certes, le contraire aurait été mieux.

Mais comment peut-on élaborer des orientations budgétaires en ne s’opposant qu’en victime des fonds publics et en accusant en filigrane les autorités gouvernementales ?

En les accusant de ne pas accompagner les collectivités locales, vous affichez avec insistance votre anxiété par rapport au contexte de diminution des dotations de l’Etat.

Ce discours d’anxiété, nous le vivons à Lescar depuis 13 ans.

Nous avons le sentiment qu’en mettant systématiquement en avant le désengagement de l’Etat, finalement, vous n’arrivez qu’à démontrer que vous subissez toutes les évolutions règlementaires, fiscales et sociétales.


👉 Cinquième et dernier constat :

Vous dessinez votre stratégie de financer vos projets d’investissement sur la période 2021-2025 en augmentant la dette de la commune et la fiscalité locale.

Sur le premier point, s'endetter n'est pas forcément négatif. S’endetter ce n’est pas négatif à partir du moment où l’évolution de la dette est contenue. En l’occurrence, la tendance de la dette à Lescar est à l’augmentation de 4%/an depuis 2014. S’endetter n’est pas négatif à partir du moment où les investissements sont judicieux et calibrés et là, vous avez compris que nous n’étions pas en phase avec vos choix.

Sur l’augmentation des impôts, nous y sommes fermement opposés ! Là aussi, la tendance est à l’augmentation de 4,1%/an depuis 2014. Même si vous annoncez un impact minime pour les contribuables lescariens, ce serait un mauvais signal envoyé à la population, surtout dans la période que nous traversons.


👉 Quelles sont nos propositions ?

Nous pensons que l’on peut réduire de 3,5 millions d’€ le PPI sur la partie « nouveaux projets », ce qui permettrait de ne pas augmenter les impôts et de consacrer, sur la période 2021 à 2025, 4,5 M€ (900 000 €/an) à la rénovation des bâtiments municipaux, avec un accent fort porté sur la transition énergétique.

Ce « plan Marshall de la transition énergétique » permettrait à la Commune de réduire les charges à caractère général.

Sans cette stratégie, les préconisations de la SDEPA relative au service de conseil en énergie partagée que vous allez nous présenter toute à l’heure seront difficiles à mettre en œuvre, faute de moyens conséquents.

Une enquête d’ADEME de 2017 sur l’énergie et le patrimoine communal indiquait que les communes dépensaient 32,5 €/habitants pour les dépenses énergétiques des bâtiments communaux.

A Lescar, selon les données du Compte Administratif 2019, nous étions à 42€/habitants.

En se donnant simplement pour objectif d’atteindre la moyenne nationale, c’est 100 000 € que nous pourrions économiser par an. Les économies à réaliser sont là !

En faisant en parallèle des efforts d’optimisation et de rationalisation des Ressources Humaines de la collectivité, en concertation avec les employés municipaux, en se fixant par exemple comme objectif de stabiliser les ETP à 205 agents, cela permettrait d’économiser 1,5 M€ sur la période 2021-2025 par rapport à ce que vous avez projeté.

L’ensemble de ces « économies », estimées entre 1,5 et 2M€, permettraient

- de renforcer l’entretien du patrimoine de la commune,

- de renforcer la rénovation de la voirie et des trottoirs,

- d’accompagner pleinement la vie associative,

- de soutenir le commerce de proximité

- et d’agir au quotidien pour tous face à la crise économique et sociétale que nous traversons.


Je termine mon propos.

Nous nous interrogeons sur la façon dont on peut élaborer des orientations budgétaires qui ne s’intéressent pas en priorité aux concitoyens qui sont touchés par la crise sanitaire qui a démarré en mars 2020 et qui va s’étirer durant l’année 2021, au moins.

Comment peut-on élaborer des orientations budgétaires qui n’affichent aucune ambition sociétale claire, qui ne propose aucun cap affirmé, aucune démarche novatrice en matière d’environnement et de transition écologique ?

Le soleil est gratuit, l’eau qui tombe du ciel est gratuite. Le jour où l’on utilise intelligemment ces éléments, on agit pour l’environnement et pour le portefeuille des contribuables. Il faut y aller à fond !

Un projet budgétaire, c’est ce qui marque le souffle, c’est ce qui marque la transformation des idées au concret et nous trouvons que dans ce qui est présenté, nous ne sentons pas ce souffle des mesures phares que vous auriez la volonté de prendre pour permettre véritablement de poser une nouvelle Cité, une nouvelle dynamique pour Lescar.

Certes il y a la nouveauté du Budget Participatif mais nous l’avons tous proposé pendant la campagne des municipales et pratiquement toutes les communes le mettent en œuvre. Mais, globalement, vous faites plus de la même chose ou moins d’autres choses que votre prédécesseur. Nous ne percevons pas le changement qui est pourtant nécessaire et ça nous donne parfois, excusez-moi l’expression, l’impression « d’un pétard mouillé » !"


Jérôme Mange, pour le Groupe Lescar En Plein Cœur.


Fin du Conseil Municipal : 23h00.

11 vues0 commentaire