• Jérôme Mange

[Résidence du Clos du Tilleul : des interrogations à avoir ?]


👉 Lors du Conseil Municipal du 9 février 2022, Mme la Maire s’est félicitée du programme immobilier qui a débuté (qualité architecturale, plantations paysagères…) et qui permettra d’augmenter le nombre de Lescariens.


Voici notre réponse.


" Nous ne sommes pas de votre avis. Nous voterons contre cette délibération. Non pas à cause du projet de logements locatifs sociaux mais du programme immobilier pris dans sa globalité.


Je parlais tout à l’heure de juste équilibre à trouver entre une augmentation raisonnable de la population, la protection du cadre de vie de notre commune à travers un habitat de qualité et la préservation de l’environnement à travers la limitation de l’artificialisation des sols.


Typiquement, et dans le cas présent, c’est le genre de projet immobilier qu’il ne faut pas sur notre commune !


Il y a d’abord la situation du foncier d’une superficie d’1,4 hectares sur lequel seront construits 40 logements répartis en bâtiment pour les logements sociaux, en ilots de maisons jumelées, et en terrains à construire.


Le foncier est enclavé entre le Chemin Lasbourdettes et le chemin de la Teulère, en bordure du ruisseau "Le Lescourre" et dont l'accès se fait par le lotissement Debussy, par les petites rues Léo Delibes et Frédéric Chopin pour déboucher sur l’avenue de Tarbes.


Bien que toutes les autorisations administratives aient été données, il n’en demeure pas moins que 45% de la parcelle se trouve en zone Natura 2000, qui est une zone désignée au titre de la Directive Habitats européenne de 1992 visant à l’origine à assurer le bon état de conservation de certaines espèces (animales et végétales), considérées comme menacées, vulnérables ou rares. On se demande bien à quoi servent ces règles !


Il n’en demeure pas moins que l'artificialisation de cette surface occasionnera ensuite la perte de fonction de régulation des eaux de pluie et la perte des fonctions d'épuration-filtration.


Il n’en demeure pas moins que les 80 à 100 habitants de ce nouveau quartier devront emprunter chaque jour les voies du lotissement De Bussy sur environ 500 mètres, avec pas moins de 4 carrefours où il faudra tourner en angle droit. Ce trafic débouchera sur l’avenue de Tarbes (qui est déjà engorgée par la migration pendulaire journalière), par un petit carrefour, précisément en face des résidences Cap Sud & Capucine. Il y a un risque accidentogène évident.


Il y a enfin le fait que les riverains ont découvert le projet une fois que le panneau annonçant les travaux a été déposé sur le terrain ce qui est une source de frustration supplémentaire. Se sentir au pied du mur et ne pas pouvoir donner son avis n’est jamais plaisant pour les citoyens.


Au-delà de tous ces éléments, il y a la réputation qui poursuit le promoteur à la tête de ce programme immobilier.


Dans un article de presse du 18 août 2018, des propriétaires de maisons d’un lotissement de Mazères-Lezons, dénonçaient des malfaçons et l’attitude du promoteur immobilier en question. Je cite l’un des témoignages :


« On nous a vendu du rêve, l’accès à la propriété, un lotissement idéal pour les familles. Un an après, on a le sentiment d’avoir été floués. Cela fait mal au cœur parce qu’on sent qu’on n’a pas fait un bon achat alors qu’on était persuadé d’acheter une maison pour une vie »


On aurait pu croire à une situation exceptionnelle.


Mais dans un article du 24 février 2021, des propriétaires de maisons individuelles d’un lotissement de Pau dénonçaient à leur tour des retards de chantier et des malfaçons avec le même promoteur.


Une seule couche de peinture sur les murs, un escalier fissuré, des vis de placo visibles au plafond, des poignées de portes qui ne fonctionnent que dans un sens, et le tout jusqu’à 17 mois de retard sur la livraison des travaux, le réveil a été violent pour les acquéreurs !


Mme la Maire, notre but est le vôtre : nous voulons faire preuve de solidarité en accueillant la jeunesse et les familles, leur faciliter l’accès au logement, à l’emploi, aux loisirs. Nous voulons faire preuve de solidarité en facilitant la construction de logements pour les séniors ou l’habitat inclusif et partagé. Mais à condition que l’essentiel soit préservé : la joie des gens d’habiter ensemble un lieu qu’ils aiment, respectant l’environnement, intégré dans le cadre de vie de Lescar, d’y trouver paix et harmonie, et d’y faire racine. Cela passe par des habitats qualitatifs.


J’en termine par les questions suivantes : Quelles garanties pouvez-vous donner au Conseil municipal et aux Lescariens quant à la qualité des programmes qui sortiront de terre dans le futur ? Vous engagez vous à concerter les riverains directement concernés par tous les futurs projets à travers des réunions publiques, par exemple ? "


Nous avons voté contre la délibération.


L’autre « opposition » et la majorité ont voté « pour ».



17 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout