top of page
  • Photo du rédacteurJérôme Mange

[Le tigre arrive !]

Dernière mise à jour : il y a 1 jour





Est-ce que simplement encourager les bonnes pratiques contre le moustique tigre à travers des campagnes de communication et des réunions annuelles thématiques est suffisant ? Depuis sa mise en place en 2020, cette stratégie a-t-elle vraiment porté ses fruits ? Peut-on constater une baisse significative de la population de moustiques tigres au cours des quatre dernières années ?


En 2020, nous avons été pionniers dans la sensibilisation à ce problème et avons proposé une approche novatrice : compléter les efforts de communication sur les bonnes pratiques avec une solution basée sur la préservation de la nature. Cette approche consiste à restaurer les interactions entre les espèces et à favoriser les prédateurs naturels des insectes en milieu urbain, tels que les hirondelles, les mésanges et les chauves-souris. Bien que cette idée ait été caricaturée, elle a au moins réussi à placer la question du moustique tigre au cœur des débats publics.


Nous continuons à soutenir cette approche expérimentale, mais nous plaidons désormais en faveur de la création d'un service intercommunal de lutte contre les moustiques, car ce problème affecte toutes les communes de l'agglomération et perturbe la vie des habitants, sans oublier le risque sanitaire qui plane sur nous. Il est donc nécessaire de disposer de ressources humaines et matérielles pour traiter les foyers larvaires identifiés sur le domaine public.


Il est important de noter que 80% des lieux de ponte se trouvent dans des propriétés privées, notamment dans les jardins des particuliers. Il n'est donc plus suffisant de simplement encourager les gens à adopter de bonnes pratiques. Il faut mettre en place des équipes de sensibilisation sur le terrain qui visitent les habitants au moins une fois par an, pour leur présenter de manière concrète les bonnes pratiques et les solutions disponibles.

Cela pourrait être l'une des missions des six Agents de Surveillance de la Voie Publique que nous défendons, des agents regroupés au sein d'une Brigade "Proximité Environnement", une proposition que nous avons avancée dès 2020.


Voilà notre position sur la question.


14 vues0 commentaire

Comments


bottom of page