top of page
  • Photo du rédacteurJérôme Mange

[Conseil Municipal #29] - Nos principales prises de position

Dernière mise à jour : 5 juil.

[Mercredi 26 juin 2024 - 20h30] -📍 Hôtel de Ville.

➡ Notre allocution au début du Conseil

"Lescar n’échappe plus à la montée de l’extrême droite, qui représente au dernier scrutin électoral 3 Lescariens sur 10.

Ce résultat constitue un bouleversement politique significatif qu'il est crucial de reconnaître.

Toutefois, il est tout aussi important de comprendre le message envoyé par les électeurs, en évitant les stéréotypes, sans généraliser, ni stigmatiser ou caricaturer ceux qui ont fait ce choix.

Ces électeurs sont souvent plus en colère que véritablement extrémistes.

Pour comprendre ce phénomène, il est nécessaire d'écouter attentivement leurs préoccupations. Parmi celles-ci figurent le pouvoir d’achat, la sécurité, l’immigration, le sentiment d’abandon et de déclassement, ainsi que l’éloignement avec la classe politique.

Ces préoccupations doivent être prises au sérieux et nécessitent des réponses constructives, tant au niveau national que local.

Nous parlons du niveau local car les mairies jouent un rôle crucial. Elles sont en effet le dernier rempart contre la montée des extrêmes, face au repli sur soi d’un côté et à la brutalisation du débat public de l’autre.

Nous parlons DES extrêmes car il ne faut pas avoir la mémoire courte sur le rôle de l’extrême droite dans notre histoire mais il ne faut pas avoir non plus la mémoire hémiplégique. Dans notre histoire, une certaine gauche s’est vautrée dans l’antisémitisme rejoignant ainsi les obsessions antisémites de l’extrême droite.

Depuis quelques années, nous avons trop souvent l’impression de revivre ce même scénario, avec parfois une nauséabonde convergence.

Pour en revenir aux collectivités locales, nous pensons qu’elles doivent s’engager activement pour répondre aux besoins de leurs citoyens et renforcer la cohésion sociale, afin de contrer les dynamiques de division et de radicalisation.

Cependant, elles devront agir dans un contexte économique particulièrement incertain, qui appelle à une grande prudence.

Mais je reviendrai sur ce point plus en détail un peu plus tard lors de ce Conseil municipal."


➡ Rapport n°3 - Budget principal : approbation du compte administratif 2023 et présentation agrégée du budget principal et du budget annexe

"Nous voterons contre le compte administratif 2023, non pas parce que nous le considérons insincère et nous remercions les services pour le travail effectué, mais parce qu'il découle du Budget Primitif 2023 que nous n'avons pas approuvé le 29 mars 2023.

A la lecture du document, nous constatons quelques point d’alerte. Nos dépenses de fonctionnement, rapportées à la population, sont 15,5 % supérieures à celles des communes de la même strate. Nos charges à caractère général ont augmenté de 50 % en quatre ans, passant de 2,7 millions à 4 millions d'euros. Nos dépenses énergétiques ont progressé de 125 000 euros par rapport à 2022, atteignant 800 000 euros, soit une augmentation de 120 % par rapport à 2019.

Même avec la création de l'Établissement Public Culturel en 2022, qui a mécaniquement allégé notre masse salariale, les dépenses de personnel en proportion des dépenses de fonctionnement restent supérieures de 4,32 % à celles de communes comparables à la nôtre.

Côté positif, nous pouvons noter que la ville de Lescar a une dette relativement moins lourde et des marges de manœuvre financières supérieures à la moyenne des communes similaires, ce qui lui permet d'investir à un bon rythme, grâce notamment aux impôts et taxes qui représentent 76 % de nos recettes.

Au-delà de ces chiffres, ce compte administratif reflète l'action et les projets d’investissement que la majorité municipale déroule depuis 2020.

Notre position demeure inchangée en la matière.

Nous estimons qu’il est dommage de ne pas aller assez loin dans plusieurs domaines :

  • Les investissements relatifs au cadre de vie, tels que l'entretien de la voirie et des trottoirs la sécurisation des voies passantes et la création de pistes cyclables et de voies douces,

  • Sur l’entretien et la rénovation durable des bâtiments,

  • Sur la maîtrise des charges de fonctionnement,

  • Sur l'optimisation des ressources humaines de la collectivité,

  • Sur la modernisation du service public municipal,

  • Sur la recherche de nouvelles recettes.

Ces mesures nous permettraient premièrement de maintenir la qualité de vie dans notre commune et deuxièmement de préserver un niveau d'imposition plus faible que la moyenne de notre strate (29,27%, héritage du passé, augmentation des impôts en 2018 et 2021).

Car cet acquis municipal historique est menacé par des propositions telles que la hausse de 10 % du point d'indice des fonctionnaires, la gratuité des cantines ou l'augmentation de 10 % des salaires qui ont été présentées pendant la campagnes en cours.

Plus que jamais, nous pensons que l'heure est à la prudence budgétaire et à la bonne utilisation de l'argent public."


➡ Rapport n°8 - Emprunt 2024

"Comme le laissait entendre le Budget prévisionnel 2024, vous avez décidé de recourir à un emprunt de 4 000 000 € pour financer les investissements liés à votre projet municipal.

Parmi ces investissements, il y a la réhabilitation de l’avenue Denis Touzanne, un projet que nous soutenons. Comme quoi, nous ne sommes pas une opposition systématique puisque nous votons 70% des délibérations…

Il y a aussi la construction d’un deuxième terrain de sport synthétique pour un coût d’1,3 M€.

Nous répétons que la construction de cet équipement n’était pas prioritaire, ou aurait pu être reportée au prochain mandat, d’autant plus que le terrain synthétique actuel commence à prendre de l’âge (11 ans) et qu’il faudra bien le réhabiliter à court terme.

Nous aurions préféré que notre commune investisse largement dans le cadre de vie des Lescariens et dans les énergies renouvelables.

Nous nous interrogeons également sur la temporalité de cet emprunt. Le taux est de 3,63 %, alors que le taux moyen des crédits à long terme pour les collectivités était de 0,62 % en 2021. Il aurait été préférable de souscrire cet emprunt en début de mandat, surtout sachant qu’un nouvel emprunt semble envisagé en 2025 et que les taux risquent d’augmenter.

Nous voterons contre cette délibération, non pas parce que nous estimons que la commune n’a pas les capacités financières pour supporter cette dette, mais en raison de l’utilisation de cet emprunt et du moment de sa souscription."

 

➡ Rapport n°10 - Tarifs et prix des services publics facultatifs 2024-2025

➡ Rapport n°11 - Actualisation des quotients familiaux

"Cette nouvelle version du Quotient Familial communal et l’augmentation des tarifs nous interroge.

Nous avons comparé les tarifs actuels soumis au dispositif du QF en vigueur et les nouveaux tarifs soumis au nouveau dispositif du QF. Nous avons effectué une projection pour un couple avec un enfant inscrit à la cantine, à l’accueil périscolaire, au centre de loisirs tous les mercredis de l’année et pendant toutes les vacances scolaires, en incluant l’inscription au séjour de 8 jours.

Le foyer au plus bas coefficient, avec un revenu de 750 € par mois pour le quotient 300, perdra 24 € de pouvoir d’achat. La tranche 900-1200 perdra 71 €, et la tranche 1500-1800 perdra 126 €. Au-delà d’un quotient de 1800, correspondant à un couple avec un enfant ayant des ressources mensuelles de 4 500 € avant impôts, la perte annuelle de pouvoir d’achat sera de 546 €. Les autres tranches gagneront entre 7 et 38 € de capacités financières.

En excluant les séjours, le gain de pouvoir d’achat se situera jusqu’au QF 1500 avec des niveaux très hétérogènes (entre 11 et 124 €).  Au-delà, les foyers perdront de la capacité financière jusqu’à 382 € au-delà du QF 1800.

Ce que nous constatons, c’est premièrement que votre proposition va créer des disparités parfois étonnantes si les familles veulent envoyer leurs enfants dans les séjours dont le prix a explosé, et deuxièmement que la classe moyenne est la grande perdante de ce nouveau QF, celle située à partir du QF 1500.

Tout en redéfinissant les taux d’abattement tarifaire, nous pensons qu’il manque une tranche dans votre nouveau dispositif, celle située entre les QF 1800 et 2100. Nous défendons en effet le seuil d’entrée dans la tarification sociale au quotient 2100. Ce n’est ni un quotient particulièrement bas (qui bénéficierait des plus grandes réductions) ni un quotient élevé (qui paierait les tarifs les plus proches du plein tarif).

Cette tranche manquante correspond aux professions intermédiaires, qui se situent entre les cadres dirigeants et les employés ou ouvriers exécutants. Elle inclut également des employés et ouvriers qualifiés, des cadres supérieurs débutants et des non-salariés. À Lescar, selon l’INSEE, cela représente 4 actifs ayant un emploi sur 10.

Des communes ayant un revenu médian similaire au nôtre (environ 26 000 €) ont des seuils d’entrée de tarification sociale bien plus élevés que 2100, comme Arcachon (11 000 habitants), où le seuil d’entrée est de 2700.

Nous sommes bien sûr favorables à l’équité sociale, à condition :

1 – Que le QF municipal soit coordonné avec d'autres dispositifs d'aide sociale nationaux ou régionaux pour éviter les doublons ou contradictions.

2 – Que la classe moyenne, pilier de la société, ne soit pas oubliée, car elle joue un rôle clé dans la stabilité économique et sociale.

Cela ne nous semble pas être le cas dans votre proposition. Nous nous abstenons donc sur cette délibération et la suivante.


Le QF familial 2100 correspond à un revenu de 6 300 € avant impôts pour un couple avec deux enfants, 5 250 € pour un couple avec un enfant et 8 400 € pour un couple avec quatre enfants. Un couple avec deux enfants est considéré comme appartenant à la classe moyenne lorsque ses revenus sont compris entre 3 800 et 7 000 €/mois. Dans votre proposition, le revenu à ne pas dépasser pour bénéficier d’une réduction tarifaire est de 5 400 € pour un couple avec deux enfants.


➡ Au fil de la séance :

-Nous avons défendu le portefeuille des Lescariens en marquant notre désaccord sur la politique mise en œuvre par la majorité. Nous avons par exemple rappelé les 2 augmentions injustes des impôts locaux en 2018 et 2021. Sur la délibération relative à l'augmentation des tarifs, nous avons dénoncé la hausse des séjours qui va impacter le budget des administrés. Nous avons demandé des informations complémentaires sur la coopération décentralisée avec la ville de Testour en Tunisie. Nous avons enfin de nouveau sollicité qu'une piste cyclable soit construite le long de l'avenue du Vert-Galant.


Nous ne reviendrons pas sur la condescendance de la Maire et de son Adjoint aux Finances à notre endroit. Nous avons pourtant voté une motion pour le respect des élus à l'occasion du dernier Conseil municipal... Sans commentaire. L'essentiel est ailleurs : c'est celui de vous servir et de servir l'intérêt général.


En réponse à la proposition du groupe Lescar avec Passion, relayée par Eric Gibeaux, visant à unir majorité et opposition dans un séminaire pour créer une "coalition" pour le vote du budget municipal, nous la jugeons inappropriée. Le rôle de l'opposition est crucial au sein d'un Conseil municipal pour préserver l'équilibre des pouvoirs et le fonctionnement démocratique. Elle favorise la transparence, l'amélioration des politiques publiques et la défense des droits citoyens. Par son action active et constructive, ce qui est notre cas, l'opposition renforce la légitimité et la stabilité politique. Notre position est donc un refus.


⏱ Fin du Conseil municipal à 23h30.

13 vues0 commentaire

コメント

コメントが読み込まれませんでした。
技術的な問題があったようです。お手数ですが、再度接続するか、ページを再読み込みしてださい。
bottom of page