• JĂ©rĂ´me Mange

[Conseil Municipal #5] - Nos principales prises de position

Mis à jour : févr. 25


👉 Rapport n°12 : Adhésion de la commune à la Police Municipale Intercommunale.

Nous avons lancé un débat sur le thème de la sécurité publique à Lescar.

Voici les propos que nous avons évoqués. Les Lescariens assistent depuis deux mois à une insécurité grandissante à Lescar. Devanture de la boulangerie Lanne et toit de l’école Notre-Dame atteints par un incendie de poubelles volontaire, départ d’un incendie électrique dû à un feu de haies volontaire chez un administré, incendies de poubelles volontaires allumés dans la ville, homme retranché chez lui avec arme de type air soft, 10 voitures brûlées chez un concessionnaire, attaque à la voiture bélier d’un bureau de tabac, cambriolage d’un restaurant, acte de malveillance au lac des Carolins (…), notre ville a fait malheureusement parler d’elle dans la rubrique des faits divers. C’est regrettable. Nous avons exprimé 3 constats : 1 – 26 mois séparent l’approbation du Conseil municipal sur le principe d’adhésion à une police inter communalisée et aujourd’hui, le vote de l’adhésion de la Ville de Lescar au dispositif. 21 mois séparent la création d’un service de Police Municipale intercommunalisée en Conseil communautaire et aujourd’hui, le vote de l’adhésion de la Ville de Lescar au dispositif. Sur cette période, notre commune s’est donc payée le luxe de se priver de passages de surveillance aléatoires de patrouilles de police, d’interventions ciblées et d’interventions d’urgence qui constituent les 3 missions principales de la Police Municipale intercommunalisée. 2 – Le service de Police Municipale de notre commune évolue en sous-effectif depuis plusieurs mois, évoluant même à un agent sur une grande partie de l’année 2020. Il y a actuellement deux Policiers Municipaux sur un effectif normal de 4 agents. Le service public de la tranquillité publique ne peut donc se dérouler dans de bonnes conditions. 3 – Les caméras de vidéo protection positionnées dernièrement ne semblent pas jouer pleinement leur rôle de dissuasion. Nous avons posé 3 questions : 1 – Quel est le bilan de la convention communale de coordinations des interventions de la Police Municipale et des forces de sécurité de l’Etat signée par l’ancien Maire en mai 2015 et renouvelée en 2017 ? 2 – Quel est le bilan de la convention « Participation citoyenne » signée en octobre 2017 par l’ancien Maire, le Préfet et la Directrice de la sécurité publique ? 3 – Quelle est la stratégie de la majorité municipale en matière de tranquillité publique ? Car force est de constater qu’il y a des trous dans la raquette. Mme la Maire a expliqué le retard pris dans l’adhésion à la Police intercommunalisée par le fait qu’au départ, il n’était pas prévu que les patrouilles tournent la nuit, ce qui est le cas maintenant. Concernant les effectifs de la Police Municipale, Mme la Maire a indiqué vouloir prendre son temps pour embaucher de « bons profils ». Sur le sujet des caméras, Mme la Maire a indiqué qu’elles avaient déjà permis d’élucider des affaires. Concernant le dispositif de la Participation citoyenne, il a été indiqué qu’il serait relancé dans les prochaines semaines. S’en est suivi une confrontation autour de la stratégie à mettre en œuvre sur notre commune, notamment autour d’une présence humaine plus forte sur le terrain sur des missions de surveillance de l'espace public pour faire de la police de proximité au quotidien (prévention, dissuasion, anticipation des actes délictueux et répression, si la situation le nécessite). A côté d’un effectif complet de la Police Municipale, la création de postes d’Agents de Surveillance de la Voie Publique (ASVP) répondrait en ce sens à la situation. C’est la proposition que nous avions faite pendant la campagne des élections municipales. Le sujet de la sécurité publique constitue un point de divergence fort avec la majorité municipale. Quelle stratégie nous défendons ? - La nuit : l’augmentation des patrouilles mobiles de surveillance pour les quartiers d’habitation et la zone économique Lescar Soleil afin d’assurer efficacement la tranquillité publique ; - Le jour : une présence humaine plus forte sur le terrain comme évoqué précédemment, car les actes délictueux se déroulent aussi en journée ; - Le relogement de la Police Municipale en dehors de l’Hôtel de Ville. L’objectif est de pouvoir mieux rayonner dans la ville ; - Le développement du dispositif des "Citoyens vigilants" afin de renforcer le tissu relationnel entre les habitants d'un même quartier en développant l'esprit civique et en encourageant les habitants à la réalisation d'actes de prévention élémentaires ; - La révision du système de vidéo protection municipale : mise en place de caméras « nomades » pour s’adapter à une délinquance elle aussi mouvante ; - La mise en place d'un Groupe de Partenariat Opérationnel associant la Préfecture, la Police Nationale, la Police Municipale, les élus et les habitants par secteurs concernés par les actes délictueux. Ni angéliste d'un côté, ni tout sécuritaire de l'autre, il nous faut une sécurité municipale réaliste, adaptée et citoyenne. Assurer la sécurité de tous les citoyens, c’est depuis ses débuts un des fondements de notre République. Et s’assurer que nous y contribuons tous, c’est le principe numéro un de la citoyenneté. Nous avons demandé à Mme la Maire de faire le point une fois par an sur les chiffres de la sécurité publique à Lescar. Elle a accepté notre proposition. Bien sûr, nous avons voté pour ce rapport. Comme dit le dicton : « Mieux vaut tard que jamais… »

👉 Rapport n°4 : Ouverture d’une Autorisation de Programme « Aménagement de rues ». Il a été proposé au Conseil Municipal d’approuver l’autorisation de programme «Aménagement de rues » afin de réaliser l’aménagement de la rue Carrérot pour un montant de 1 626 700 €. Outre le coût de cette rénovation qui nous semble prohibitif, la réhabilitation de l’avenue Denis Touzanne, dont les travaux sont annoncés depuis 10 ans…, aurait été plus prioritaire au regard de son état désastreux et du nombre croissant de véhicules, de vélos et de piétons. Nous avons voté contre ce rapport.

👉 Rapport n°9 : Participation financière de l’agglomération de Pau, de la région Nouvelle-Aquitaine et du Conseil Départemental à l’organisation des Mystères de la Cité 2021. Nous avons voté pour ce rapport. Nous avons néanmoins exprimé des réserves sur le coût de la manifestation estimé à 181 250 €. Les prestations de services (troupes professionnelles, sécurité…) représentent 52% du montant global de l’événement. Ne peut-on pas réduire ce coût en impliquant plus fortement les forces vives locales ? (bénévoles, associations, écoles artistiques municipales…). A côté des fonds publics, nous avons indiqué que la recherche de financements privés devrait être étudiée à travers notamment le levier du Mécénat d’entreprise. Nous avons évoqué une participation modique de 2€/personne pour accéder, par exemple, à la « place des rôtisseurs », ce qui permettrait de réduire le coût de la manifestation. Ces proposions n’ont pas eu d’écho auprès de Mme la Maire. Nous avons ensuite alerté le Conseil Municipal sur les risques en matière de sécurité inhérents au succès de la manifestation. Enfin, nous avons évoqué le caractère aléatoire de la manifestation : quelle sera la situation sanitaire en septembre 2021 ?

👉 Au fil des dossiers : - Nous avons défendu la réhabilitation des logements municipaux vétustes du chemin Fourcet ; - Nous avons demandé un bilan du Plan Local pour l’Insertion par l’Emploi (PLIE). Nous avons informé le Conseil municipal qu’il y avait 677 demandeurs d’emploi à Lescar dont 93 jeunes de moins de 26 ans en septembre 2020 ; - Nous avons demandé à la majorité municipale de veiller à l’engagement pris par le bailleur social de la résidence HLM « Phoebus » de conserver en bon état d’entretien les constructions édifiées ; - Nous avons exprimé des réserves sur l’abandon partiel de loyer sur la Délégation de Services Publics du trinquet de Désiré Garrain à l’endroit du club de pelote local, ce qui constitue une aide indirecte à l’exploitant du site. Ce dernier pourrait solliciter par ailleurs les aides proposées par l’agglomération en période de Covid-19. Nous avons enfin rendu hommage à tous les acteurs du territoire qui luttent contre la crise sanitaire avec notamment une pensée forte pour les soignants, le personnel non soignant et les résidents de la Maison de retraite l’Esquirette dont certains sont impactés par la Covid-19.

Fin du Conseil municipal Ă  22h45.

8 vues0 commentaire